Self Love & estime de soi

 
ANNE bianchi ATELIER.jpg
 

le Samedi 18 novembre
De 14H à 16H30  


S’aimer, avoir une bonne image de soi, se faire confiance, savoir poser ses limites, se protéger et se respecter dans l’Amour que l’on se doit.

À travers les kriyas et les méditations que nous a enseigné Yogi Bhajan, nous travaillerons lors de cet atelier sur l’ouverture du cœur – le 4ème chakra –, lié à l’énergie de la guérison, et la connexion avec notre puissance intérieure – 3èmechakra pour trouver les réponses à l’intérieur de nous. 


Prix : 45 euros
Réservation en ligne : https://www.lecentre-element.com/ateliers/


e m’appelle Anne Bianchi. Mon nom spirituel est Pritam Keval, qui veut dire en Gurmuki, le dialecte indien utilisé en Kundalini yoga, « éternel amour divin ». Dans ma vie précédente, j’étais journaliste. Les mots, ceux que l’on prononce et ceux que l’on écrit, sont très importants pour moi, même si aujourd’hui, j’ai choisi de privilégier le langage du corps. Je suis devenue professeure de Kundalini yoga après une réorientation complète de trajectoire, à la quarantaine. Je me suis formée auprès de la première génération d’élèves de Yogi Bhajan, le maître de Kundalini Yoga, en Italie et en Angleterre. Je crois profondément que l’aventure intérieure qui mène à la connaissance de soi est le chemin d’une vie et que nos possibilités de transformation, et de résurrection sont infinies. Le yoga de la Kundalini est pour moi l’une des voies d’accès à cette conscience. 

Je me suis également formée à la psychologie des profondeurs de Carl G. Jung, à la Gestalt thérapie, une psychothérapie basée sur l’awereness corporelle, et je poursuis actuellement un cursus en sexothérapie. À mon sens, tout est connecté et surtout pas incompatible dans ce processus d’individuation. 

Je suis aussi une femme de mon époque : divorcée avec deux jeunes garçons, je manque perpétuellement de temps.  C’est pour cela que  le Kundalini m’a tout de suite « parlé », ses effets sont rapides, et même parfois immédiats !
Avant cette discipline, j’ai pratiqué le Hatha yoga et l’Iyengar, mais j’ai trové dans le Kundalini une forme de « totalité » qui nourrit mes besoins autant physiques que spirituels. 

Le mot sankrit « Kundalini » signifie l’énergie sexuelle éveillée ou force de vie. Celle-ci est traditionnellement représentée comme un serpent enroulé en bas de la colonne vertébrale, dormante jusqu’à ce que l’on vienne la réveiller. Par des postures – asanas -, des respirations guidées – pranayamas – des méditations et par la vibration des mantras, on vient stimuler et faire circuler cette énergie le long de la colonne vertébrale en passant par les différentes portes énergétiques que sont les chakras. Ce qui va avoir pour effet de dissoudre certains blocages, tant au niveau physique, émotionnel et psychique, en agissant notamment sur notre système nerveux et endocrinien.

Ce yoga tantrique vise en outre à relier nos polarités féminine et masculine, qu’on soit homme ou femme, ainsi que sexuelle et spirituelle pour nous permettre d’être dans « notre plein potentiel » d’humain et d’accéder à notre véritable identité, la vérité de notre âme, ce que nous appelons le « Sat Nam ».